L'immobilier Carcasonne – Réalisez votre projet immobilier à Carcassonne avec KEOPS
1 Mar

Profitez de la baisse de biens en vente pour réaliser une estimation immobilière à Carcassonne

En février, l’évolution des annonces de biens à vendre sur les principaux sites immobiliers montre une baisse de plus de – 10% en un an. Les stocks de biens disponibles à la vente demeurent bas et ne remontent pas, entretenant ainsi une situation de pénurie immobilière… Vous avez un logement à vendre à Carcassonne ? C’est donc le moment de faire réaliser une estimation immobilière ! Faisons le point.

Ni la crise sanitaire et ses conséquences, ni les deux confinements (de mars et d’octobre derniers), ni la fermeture (douze semaines durant) des agences immobilières n’auront réussi, sinon à stopper, à tout le moins à ralentir la hausse des prix immobiliers. Jugez plutôt, le prix au m² en France accuse une hausse de 6,7 % sur 1 an pour atteindre 3 601 €. « Pour retrouver des progressions aussi rapides, il faut remonter à l’été 2011 », indique Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger. Il est toutefois à noter que sur les trois derniers mois, la tendance est légèrement baissière (- 0,8 %).

Une hausse annuelle de 7,7 % sur les prix des maisons !
Profitant à plein du regain d’appétence des Français pour les biens spacieux et disposant d’un espace extérieur (balcon, terrasse, jardin), les maisons voient leurs prix de vente signés (3 308 €/m²) piquer un sprint (+ 7,7 % sur 1 an). Les appartements ne sont toutefois pas en reste, eux dont le prix atteint, en moyenne, 3 874 € du m² au terme d’une hausse de 5,9 % sur 1 an.

À l’origine de cette course folle des prix immobiliers dans l’Hexagone, des stocks de biens disponibles à la vente anormalement bas, les propriétaires craignant de ne pas pouvoir se reloger après qu’ils auront vendu, mais aussi une demande qui non seulement se renforce, mais aussi évolue. « La transformation de la demande se renforce avec l’accentuation des difficultés des ménages modestes pour réaliser leurs projets immobiliers » fait remarquer Michel Mouillart. « Le marché continue donc à se déplacer vers des produits de meilleure qualité et de localisation plus recherchés, donc plus chers, sur un marché en récession ».

C.V. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée